Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Bleu des Mots.overblog.com

Axiomes de WATZLAWICK

1. On ne peut pas ne pas communiquer

A travers notre corps, nous exprimons un ressenti, un positionnement face à l’autre, ou même face à soi. En dehors des relations entre individus, la relation que l’on va avoir avec son environnement va être interprété comme une communication afin de nous rassurer. Moins nous avons de connaissance, plus nous allons personnifier les choses afin d’avoir une relation d’égal à égal avec elle et ainsi nous rassurer. (le cas des religions animistes ou les relations avec un objet externe personnifié)

2. Toute communication présente deux aspects : le contenu et la relation, tels que le second englobe le premier et est par suite une méta-communication

Lorsque nous communiquons, nous nous attachons au contenu souvent avant de faire attention à la manière. Le fond semble primer sur la forme.

Dans une relation efficiente, cet aspect prime et le récepteur ne perçoit rien de particulier. Or, dans une relation incongruente, le fond et la forme seront en opposition et l’inconscient souvent interprétera l’opposition de l’oral avec plus d’importance.

Nous sommes là, dans la méta communication.

3. La nature d'une relation dépend de la ponctuation des séquences de communication entre les partenaires ;

La communication est un système circulaire d'échanges. Le comportement de l'un des acteurs induit le comportement de l'autre, qui lui-même réinduit le comportement du premier. Cet axiome se rapproche de l’interactionnisme de GOFFMAN. Nous attendons et avons des a priori sur la réaction de l’autre que nous essayons d’anticiper et lui de même  une escalade et réaction en chaine.

4. La communication humaine utilise simultanément deux modes de communication : digital et analogique ; l’aspect Analogique renvoie à la relation, au non-verbale. Cette relation ne peut être négative, mais elle manque de précision. La Digitale est verbale et apporte précision, mais peut être ambiguë. Elle est précise, logique, structurée et complexe (du fait du sens des mots et leur représentation). L’analogique prédomine sur le digitale.

Il y a complémentarité des deux approches dans tous les messages.

5. La communication est soit symétrique, soit complémentaire. Symétrique= égale, complémentaire = haute et basse.

Le positionnement de l’un et l’autre face à son statut, son appréhension de la situation va amener une relation plus ou moins symétrique.

En prenant en compte ces axiomes, nous arrivons à regarder la communication sous un angle plus générale, mais également plus complexe, où l’individu n’est pas observé comme un simple émetteur, mais comme un être de pensée, un être actif.

Watzlawick P, Helmick J. 1979 Une logique de la communication. Paris, Le livre de poche

Watzlawick, Weakland, Fish, Changements, Point, 1975

Watzlawick, Le langage du changement, Point, 1980

E.T. HALL, La dimension cachée, Seuil, 1971

E.T. HALL, Le langage silencieux, Seuil, 1984

E.T. HALL, La danse de la vie, Seuil, 1984

commentaires

Hébergé par Overblog